Enter your keyword

Faire un diagnostic, c’est bien mais conduire le changement c’est mieux !

Faire un diagnostic, c’est bien mais conduire le changement c’est mieux !

Conduire le changement

Blue Canyon-Nyack Airport, Alta, USA – Jeff Weiher

Conduire le changement ne va pas de soi, même pour les pros ! Je suis toujours surpris de l’énergie, du temps et de l’argent que beaucoup d’entreprises investissent pour faire des diagnostics de leurs problèmes… sans aller plus loin.

Au début de ma vie professionnelle, je croyais que ces entreprises qui accueillaient un ou plusieurs consultants pendant des mois pour analyser leurs dysfonctionnements étaient avant-gardistes, visionnaires et terriblement modernes.

Je croyais que ces entreprises qui se voyaient remettre un imposant rapport par des experts avaient, certes, dépensé beaucoup d’argent, mais rien en comparaison de ce que les conclusions du précieux document allaient leur rapporter.

Je croyais que ces entreprises étaient, par leur capacité à se remettre en question, les plus à mêmes de s’adapter à leur environnement mais aussi d’innover dans le sens d’un développement durable.

Sans trop rien comprendre à leur activité, j’avais beaucoup de respect pour le métier de consultant en organisation et autre cabinet d’audit et de conseil en management.

Je trouvais non seulement leur mission très intéressante d’un point de vue intellectuel mais je les enviais également pour le sens que leur métier avait à mes yeux : permettre aux entreprises de conduire le changement et de développer un haut niveau de performance.

Et puis, je me suis rendu compte, au fil de mon expérience, que les choses ne se passaient pas toujours comme je l’avais imaginé.

 

Chef, on en fait quoi du rapport d’expert ?

Premier coup de massue : les entreprises qui payent des experts pour analyser leurs dysfonctionnements sont très satisfaites du travail accompli… mais n’en font souvent rien.

J’ai rencontré des organisations qui ont investi jusqu’au plus haut niveau une énergie souvent considérable pour identifier, décortiquer les problèmes, analyser ce qui ne marchait pas… et s’arrêter là.

Oui, vous avez bien lu : des dizaines, parfois des centaines de milliers d’euros de prestation, des dizaines de réunions interminables, des centaines de mails, des big data moulinées dans tous les sens et des mois de réflexion pour rien !

Dans tous ces cas, la « conduite du changement » s’arrête avant même d’avoir commencé.

J’ai aussi rencontré de nombreuses sociétés qui vont jusqu’à identifier des solutions, définir des plans d’actions qui feraient la fierté des plus grands cabinets d’audit mais qui ne les mettent pas en oeuvre. Avec, à chaque fois, de très bonnes raisons.

J’ai alors concentré mon attention sur les prestataires choisis par ces entreprises et j’ai fait un deuxième constat qui, je ne l’ai compris que plus tard, allait fortement influencer ma vie professionnelle.

 

Les cabinets sont souvent meilleurs pour faire un diagnostic que pour conduire le changement

Deuxième coup de massue.

Derrière l’impressionnante matière grise mobilisée par ces cabinets d’audit et de conseil, leur expertise se limite souvent à faire d’excellents diagnostics (et à bien les vendre). En comparaison, leur aptitude à accompagner le changement chez leurs clients est dérisoire.

A leur décharge, il est vrai que beaucoup de leurs clients connaissent déjà leurs dysfonctionnements et les solutions qu’il faudrait mettre en oeuvre avant même de les contacter.

Ces constats m’ont permis de réaliser qu’il est peu efficace de chercher à expliquer les problèmes alors qu’on pourrait consacrer ce temps et cette énergie à simplement changer de comportement.

Autrement dit, ce n’est pas en analysant comment on se noie que l’on découvre comment bien nager.

Même si c’est bien pratique pour éviter de se jeter à l’eau ou d’aller dans le grand bassin…

Ces observations ont également nourri ma volonté de me former pour accompagner mes clients autrement.

Je ne prétends évidemment pas rivaliser avec les Big Five de l’audit et du conseil. Ce n’est ni mon métier ni ce à quoi j’aspire.

Mon ambition, c’est d’accompagner mes clients à ma manière, c’est-à-dire à l’écoute de leur expertise et centré sur le développement de leurs résultats opérationnels.

 


Envie d’initier, de conduire ou d’accompagner le changement dans votre environnement ?

> Ceci pourrait vous intéresser