Enter your keyword

Coaching de carrière : 5 conseils pour les seniors en recherche d’emploi

Coaching de carrière : 5 conseils pour les seniors en recherche d’emploi

Coaching de carrière : conseils pour les seniors

A entendre les professionnels du coaching de carrière, l’âge d’or d’une carrière professionnelle se situe entre 30 et 45 ans.

Avant, pour les recruteurs, on est souvent trop jeune. Après, on est souvent trop vieux.

Extraordinaire paradoxe quand on sait que l’âge officiel de la retraite ne cesse de s’allonger et qu’on a généralement plus d’expertise, de maturité et de capacité à travailler en équipe après quelques années de rodage.

Les étiquettes étant ce qu’elles sont, entrons tout de suite dans le vif du sujet :

Oui, c’est généralement plus compliqué de trouver un emploi en France après 45 ans.

Pour autant, pas un seul jour ne passe sans que plusieurs postes de cadres expérimentés soient pourvus !

En complément des outils traditionnels de coaching de carrière, voici donc 5 suggestions pour trouver un emploi quand on est considéré comme « senior » par les recruteurs :

 

1) SE CONCENTRER SUR LE POSITIF

Les choses ont l’importance qu’on leur donne.

Donc si vous passez votre temps à vous lamenter sur les freins du marché de l’emploi en France pour les plus de 45 ans, vous serez sûr(e) de trouver chaque jour de nouvelles raisons de vous lamenter.

Ça marche aussi avec la perte d’un statut social nettement plus valorisant quand on était en activité, la rareté des annonces intéressantes et Pôle Emploi qui vous explique que vous avez déjà beaucoup de chance de percevoir de telles indemnités de chômage.

Vous pouvez aussi choisir d’investir cette énergie sur ce qui, pour vous, fait avancer votre projet.

Par exemple : mettre à jour votre profil LinkedIn, partir en voyage, préparer votre prochain entretien de recrutement, passer du temps avec ceux que vous aimez, réfléchir à la meilleure manière de mettre à profit cette pause dans votre carrière…

Petite remarque au passage : toutes ces propositions sont parfaitement compatibles !

Plus vous concentrerez d’énergie et d’attention sur ce qui est positif pour vous, plus il vous sera facile de construire votre avenir professionnel dans la direction que vous souhaitez.

 

2) VOIR DU MONDE, DANS TOUS LES SENS DU TERME

Un professionnel (h/f) habitué à travailler intensément avec un grand nombre d’interlocuteurs qui se retrouve sans emploi et, du jour au lendemain, sans presque personne avec qui échanger pendant la journée, ça vous parle ?

La sensation d’isolement est une des meilleures machines à broyer les personnes en recherche d’emploi, en particulier lorsqu’on a l’habitude d’encadrer, d’animer et de gérer des projets.

Donc, si vous vous reconnaissez dans ce profil, gardez à l’esprit que chercher un emploi est d’abord une histoire de connexions.

Et il y a mille manières de développer son réseau de connexions !

Vous pouvez profiter de cette pause pour développer votre réseau dans toutes les sphères qui vous intéressent (travail mais aussi loisirs, famille, associations, amis…). Vous pouvez aussi vous faire accompagner par un ou plusieurs professionnel(s) du conseil RH et du coaching de carrière.

Découvrir de nouvelles personnes permet de se confronter à de nouveaux regards sur sa situation. Cela ne coûte pas cher et c’est d’une richesse inouïe quand on sait l’utiliser.

Par ailleurs, changer d’environnement, bouger, voyager (même à 2 heures de chez soi) permet de se ressourcer et apporte de l’énergie pour agir, prendre des risques et se lancer.

 

3) DONE IS BETTER THAN PERFECT

Etre dans le rythme de sa recherche d’emploi est plus important que de chercher la perfection à chaque fois qu’on souhaite faire quelque chose.

Sur la durée, entreprendre des choses qu’on juge perfectibles apporte beaucoup plus de satisfaction que d’attendre la perfection pour passer à l’action.

Accessoirement, cela démultiplie les occasions de trouver un emploi.

Exemple : contacter immédiatement un sponsor important pour sa recherche d’emploi est plus profitable que chercher à rassembler le maximum d’informations sur lui avant de définir quelle serait la meilleure manière de le contacter.

 

4) NE RIEN FAIRE

Si vous avez envie de ne rien faire en rapport avec votre recherche d’emploi (même si vous ne vous l’avouez pas), ne faites rien et faites le à fond !!!

Votre expérience de la vie vous permet de mieux vous connaître et de mieux identifier les moments où vous sentez qu’il faut mettre la gomme et les moments où il vaut mieux lâcher prise.

Les deux sont aussi importants l’un que l’autre en coaching de carrière.

Et si, en découvrant une expo ou en nageant au beau milieu d’une piscine, de nouvelles pensées liées à votre recherche d’emploi surviennent, accueillez-les et écoutez-les. Elles ne sont pas là par hasard.

Il est même possible qu’en décidant de faire une pause dans votre travail de recherche, vous ayez une nouvelle idée décisive pour la suite…

Ce n’est pas de la magie, c’est de la sérendipité et ça se vit tous les jours dans tous les domaines et par tout le monde.

 

5) CHOISIR LE LUXE D’ETRE SOI

A la fin d’un entretien de recrutement, vous avez l’impression désagréable que c’est plus la pression du chômage qui explique votre présence dans cette entreprise que votre envie de la rejoindre.

Mon conseil : si vous ne le sentez pas, n’y allez pas.

Et si c’est alimentaire, alors allez-y pour des raisons alimentaires et gardez à l’esprit que vous ferez tout pour trouver mieux en parallèle.

Un recrutement, c’est avant tout une rencontre (voir article « Etre soi : n°1 des techniques de recherche d’emploi »).

Pour que le recrutement soit un succès, vous avez tout intérêt à être vous-même dès le départ. Cela évitera bien des déconvenues aux deux parties.

Car ce qui est vrai à 20 ou 30 ans l’est encore plus à 50 ans : ce qui fait votre force pour une entreprise, c’est la spécificité de votre parcours et l’unicité de votre personnalité.

Il y a les recruteurs pour lesquels cela ne va pas résonner. Et puis il y a les autres, ceux qui vont être interpellés par ce que vous êtes vraiment.

Et alors, là, pas besoin de coaching de carrière pour que le courant passe avec eux, il suffit d’être naturel !

Choisir d’être soi, de se respecter, ce n’est pas une coquetterie ou une folie quand on cherche un emploi. Cela signifie se concentrer sur des interlocuteurs attirés par ce qui fait votre spécificité plutôt que sur des recruteurs qui vous font perdre votre temps.

Enfin, trouver un emploi ne signifie pas forcément un emploi salarié. De plus en plus, le luxe d’être soi conduit à créer sa propre activité : et sur ce créneau, les seniors bénéficient pleinement de toute leur expérience ! (voir articles de L’Express « Les seniors au chômage, très nombreux à créer leur entreprise »)

 


 

Consultant en recrutement, management et coaching de carrière, j’accompagne ceux qui souhaitent accorder davantage leur vie professionnelle avec leurs aspirations.

 

Comments (2)

  1. silvestre
    Sep 2, 2015

    Article très intéressant où je me suis en partie reconnue car je ne cherche pas un emploi de cadre mais un emploi tout court. J ai 45 ans et ce n est pas tant le manque d offres d emploi mais plutôt le nombre de compétences exigées pour des emplois précaires et peu rémunérés. Pour le coup la motivation s effrite peu à peu. On se demande seulement ce que l on peut apporter à une entreprise. C est très dévalorisation.

  2. Sep 2, 2015

    Merci pour votre retour Silvestre, je vous comprends.
    Le niveau d’exigence pour ce genre d’emplois est parfois incroyablement élevé.
    Pour autant, je crois qu’on a tous beaucoup à apporter aux entreprises, quel que soit notre parcours.
    Pour moi, la plus grande compétence, c’est l’envie.
    Même s’il arrive d’entendre un autre discours, je constate chaque jour qu’il y a une infinité de chemins pour trouver une activité rémunérée.
    Continuez à croire en vous !!!
    Bien à vous,
    Laurent

Post a Comment

Your email address will not be published.