Enter your keyword

Le CV, c’est kitsch !

Le CV, c’est kitsch !

Outplacement individuel : du CV traditionnel au personal branding

Que vous soyez en transition professionnelle ou en outplacement individuel, ce sujet vous concerne.

D’origine latine, curriculum vitae signifie chemin ou déroulement de la vie. Depuis 60 ans, le CV est incontournable pour trouver un emploi, notamment depuis l’apparition de Word et le développement d’internet.

On y raconte beaucoup de choses. Les professionnels du recrutement sont très sollicités pour donner leur avis sur « ce qui fait un CV efficace ».

Mais, à l’heure de l’explosion des réseaux sociaux, le CV est-il toujours la pièce maîtresse qui permet de décrocher un entretien ?

 

De l’ère de l’information à l’ère du « shareable »

Tout le monde connaît l’existence des réseaux sociaux : Facebook, LinkedIn, YouTube, Twitter et autres Instagram ont envahi notre quotidien personnel et professionnel.

Si les candidats ont Glassdoor pour obtenir les avis de salariés sur l’entreprise qu’ils envisagent de rejoindre, les entreprises, elles, ont de multiples moyens d’en savoir plus sur le profil qui les intéresse.

Les réseaux sociaux renseignent non seulement sur les éléments traditionnellement présents dans un CV (parcours professionnel, formation, hobbies) mais également sur l’environnement plus global dans lequel les candidats évoluent :

– Informations sur les employeurs avec les durées précises de chaque expérience

– Recommandations données et reçues de leurs pairs, leurs managers, clients, fournisseurs, partenaires (donc multiples informations sur les postes occupés, le niveau de responsabilité, les résultats, le leadership, la capacité à travailler en équipe, etc.)

– Projets réalisés ou en cours de réalisation

– Nombre et nature de leurs contacts (avec relations éventuellement communes ou proches de celles du recruteur)

– Compétences reconnues par leurs contacts

– Causes défendues et investissement associatif

– Nature des opportunités qui les intéressent

– Prix ou distinctions reçues

– Publications et niveau global de partage d’information

– Typologie des secteurs d’activité, des entreprises, des métiers ou des personnalités suivis

…etc.

Dans les grandes entreprises, les réseaux sociaux internes permettent également aux salariés de mieux se connaître et d’identifier les initiatives des uns et des autres. Ils peuvent créer leur propre communauté afin de collaborer à des projets communs. Un spécialiste dans un domaine peut entrer en contact avec d’autres experts, échanger, voire générer de nouvelles idées.

 

Le CV est-il pour autant dépassé ?

Pour Thierry Baril, DRH d’Airbus Group interrogé le 26/08/15 par L’Usine Digitale, la réponse est claire :

« Le CV, c’est kitsch ! […] De plus en plus, les talents s’identifient eux-mêmes, se cooptent sur les réseaux sociaux. C’est de cette manière que chacun peut mettre en avant ses véritables compétences et ses grandes réalisations.

Les sites de mise en relations professionnelles permettent d’avoir beaucoup plus d’informations sur une personne que la lecture d’un CV traditionnel. »

 

Consultant en outplacement individuel, je partage cet avis même si je pense que le bon vieux CV a encore quelques beaux jours devant lui.

Aujourd’hui, les chasseurs de têtes vous découvrent d’abord sur Internet s’ils n’ont pas encore votre CV. Et s’ils l’ont, leur premier réflexe est de vous « googleliser » pour en savoir plus et découvrir votre identité numérique.

En d’autres termes, s’il demeure encore utile, le CV seul ne suffit plus.

 

La place du personal branding en outplacement individuel

Internet transforme notre mode de vie, y compris la façon dont on se fait embaucher.

On peut s’en réjouir ou s’en plaindre mais c’est comme ça : plus vous soignerez votre « e-réputation », plus vous aurez de chances d’être identifié(e) et contacté(e) par les bonnes personnes.

Plus vous serez dans la logique de continuité de votre réseau physique sur Internet, plus vous serez visible pour ce que vous êtes, tel(le) que vous vous définissez et tel(le) que les autres vous voient.

J’accompagne en outplacement individuel un certains nombre de personnes qui ont parfois besoin de temps pour passer véritablement à l’action sur les réseaux sociaux. Et ce n’est pas seulement une question de maîtrise des outils Google friendly.

Chez un cadre en recherche d’emploi, il est en effet intéressant d’observer le lien entre ce qui se dégage à un instant t de son profil sur les sites de mise en relations professionnelles et l’impression qu’il laisse en entretien de recrutement. Si la personne en recherche d’emploi n’a, par exemple, pas de recommandations reçues sur son profil LinkedIn, c’est peut-être tout simplement qu’il est encore trop tôt pour elle pour en solliciter.

A l’inverse, revendiquer un volume impressionnant de recommandations ou de publications peut être contre productif si cela noie le recruteur dans un flot indigeste d’informations de qualités inégales.

Voici un petit récapitulatif de la nouvelle donne en matière de mise en relation entre les candidats et les entreprises qui recrutent :

 

 

No Comments

Post a Comment

Your email address will not be published.