Enter your keyword

Du body building au team building, prêts pour la gonflette ?

Du body building au team building, prêts pour la gonflette ?

Atelier de team building entreprise

Si vous tapez team building entreprise sur Google, vous trouverez 362 millions de résultats. Mais une seule définition sur WikipediaMot d’origine anglo-saxonne qui signifie « construction d’équipe ». Concept né au début des années 1980 dont le but est de resserrer les liens d’une équipe.

Montant du marché français de resserrage des liens : 8 milliard d’euros * !

Personnellement, il m’est arrivé de passer de très bons moments avec mes collègues à la campagne ou à la montagne.

Je me souviens notamment d’une année où mon employeur avait décidé d’emmener presque tout le monde au vert pour le séminaire annuel. On était au grand air, on a fait du rafting, de la descente en rappel et mangé de la raclette parce qu’il ne faisait pas si chaud que ça le soir.

Esprit bon enfant et belles rencontres étaient au rendez-vous. Chouette souvenir !

Une autre fois, j’ai assisté à un show à l’américaine. Une sorte de grand messe dans un lieu mythique qui présentait les succès les plus marquants de l’entreprise. Les acteurs principaux de ces belles histoires succédaient aux artistes et j’en ai pris, comme toute l’assistance, plein les yeux.

Je me souviens très bien, ce soir là, m’être dit : « Whaou, dans quelle entreprise incroyable je travaille ! » En revanche, ce dont je ne me rappelle pas, ce sont les changements que tous ces séminaires et autres conventions ont apporté à l’entreprise.

 

Team building entreprise : l’effet pschitt

 

Infiniment variés, les épreuves collectives et les jeux de rôles qui émaillent les activités de team building sont souvent l’occasion de faire tomber la pression du quotidien. Malgré la crise, beaucoup d’entreprises considèrent qu’il s’agit d’un moyen efficace de faire passer un message à ses salariés, tout en s’amusant.

Et c’est vrai qu’à bien y réfléchir, je me souviens que la bonne ambiance des incentives auxquels j’ai participé était encore palpable au retour au bureau. Mes collègues et moi avions partagé des moments parfois forts en émotions et nous nous sentions globalement plus proches les uns des autres. Nous avions davantage de souvenirs en commun, un vécu qui sortait du cadre habituel !

Alors évidemment, les premières réunions qui ont succédé au team-buiding entreprise étaient plus fluides. Dopés par cette parenthèse inattendue, c’était comme si nous avions inconsciemment décidé de mettre de côté nos différends pour entretenir notre cohésion.

Sauf que ça n’a pas fait avancer d’un poil les dossiers sur lesquels on bossait. Nous étions tout contents de ce qu’on avait vécu mais, à chaque fois, la vie a repris le dessus… et tout a recommencé strictement comme avant.

Même mode de management, même façon de communiquer, mêmes jeux relationnels, mêmes freins au changement…mêmes résultats.

 

Si on ne s’entend pas bien, comment voulez-vous avancer ?!

 

Refrain bien connu dans certaines entreprises :

« Les salariés ne sont pas assez soudés pour que ça fonctionne ! »

Réponse de la Direction :

« Bon bah, on n’a qu’à organiser un team building » 

6 mois plus tard, rebelote :

« Là les équipes sont complètement à plat ! »

Réponse de la Direction :

« Profitons de la convention de fin d’année pour leur offrir un moment de détente »

Jusqu’à la prochaine fois…

Processus sans fin qui fait les affaires des professionnels du team building. Mais pas celles des entreprises qui veulent opérer un vrai changement dans leur organisation, dans leur culture managériale et au final dans leurs résultats opérationnels.

L’idée qu’une équipe ne peut avancer que si ses membres s’entendent bien sert surtout les entreprises qui ne souhaitent pas changer (voir 2 autres articles sur le sujet : Le diktat du bien-être au travail et Le coaching Bisounours).

Il est en effet difficile pour ces entreprises de remettre en cause le système en place parce que cela déstabiliserait le fragile équilibre relationnel entre ses principaux acteurs. Celui-là même qui bloque tout changement majeur dans l’organisation.

 

Mais quel est votre enjeu ?

 

Je suis stupéfait par toutes ces entreprises qui veulent emmener leurs cadres au vert sans avoir vraiment réfléchi à leurs objectifs. Petite question : à votre avis, qui est le principal interlocuteur des agences événementielles dans les entreprises désireuses d’organiser un team building ?

Réponse : l’assistante de direction. Oui, l’assistante de direction. La même personne qui organise, entre autres, les arbres de Noël ou les pots de départ… Bref, une collaboratrice très polyvalente et qui s’y connaît en logistique.

Sans remettre en cause la valeur ajoutée d’une assistante de direction, il me semble néanmoins que la préparation d’un séminaire qui mobilise les principaux cadres de l’entreprise pourrait justifier qu’un manager en soit le pilote, non ?

Entendons nous bien. Je n’ai rien contre les rallyes en 2CV,  les lip dub (les clips mettant en scène des salariés d’une entreprise qui dansent en chantant en play back) ou encore les ateliers culinaires entre collègues. Mais on peut faire plus efficace pour permettre aux organisations de se transformer à la hauteur des défis qu’elles ont à relever (Voir exemple).

 

* Source : étude annuelle Coach Omnium 2014 sur le tourisme d’affaires de groupes